Quelques profils atypiques face à l'écriture

Précoces, Haut Potentiel, Zèbres...

Les troubles graphomoteurs se rencontrent fréquemment chez le « (Très) Haut Potentiel », qu'il s’agisse d'enfants, d'adolescents ou d'adultes, et peuvent être une conséquence de ce « Haut Potentiel ».

La dysgraphie, ou simplement des difficultés d’écriture, apparaissent dès l’apprentissage de l’écriture. Et souvent, la lenteur, les maladresses graphiques, les douleurs... restent présentes malgré les efforts fournis par l'enfant.

Plusieurs hypothèses pour expliquer ces difficultés

  • Un raisonnement très rapide, freiné par un geste trop lent :

Chez le « Haut Potentiel », l'écrit à du mal à suivre la pensée et certains ont beaucoup de mal à accepter ce « décalage ». La vision globale et les pensées en arborescence des « Haut Potentiel » sont peu compatible avec la logique séquentielle et de détail de l’écriture (une lettre et un mot après l'autre). Ce fonctionnement atypique peut également expliquer des difficultés en orthographe.

 

  • Un désir de perfection, face à un résultat imparfait

Poussés par un désir de perfection, le « Haut Potentiel » ne se retrouve pas dans son écriture qu'il a beaucoup de mal à l'accepter. Elle ne lui ressemble pas et ne lui renvoie pas une image satisfaisante de lui-même. A nouveau, ce « décalage » engendre frustrations, déception et découragement. Rapidement le geste se crispe entraiment un désinvestissement de l’écrit.

 

  • L’ennui devant la répétition de l'apprentissage

Le « Haut Potentiel » a du mal à supporter l’ennui que provoque la répétition. L’apprentissage répétitif de l’écriture conduit à un désinvestissement graphique, le « Haut Potentiel » préférant s'investir dans une activité plus intéressante.

   

  • Angoisse et manque de confiance en soi

L'hypersensibilité et la lucidité du « Haut Potentiel » génère en lui des angoisses et un manque de confiance en lui. Cela se retrouve dans son écriture souvent saccadée, retouchée, souffrant d'un manque de régularité et de fluidité.

  

  • Une grande intuition, face à un acte conscient

Quand on fonctionne à l’intuition, quoi de plus difficile que d'entrer dans l’acte conscient de l’écriture !?

Un Obstacle aux Apprentissages

 

A l’école, un graphisme insuffisamment maîtrisé peut venir entraver le parcours de l'enfant. Si au départ la plupart des apprentissages ne posent pas de problème, des difficultés d'écriture peuvent entrainer des difficultés scolaire (orthographe, écriture, difficultés de relecture et de compréhension, refus de correction par un enseignant...) pouvant les empêcher d'avancer à leur rythme.

La Graphothérapie chez le « Haut Potentiel »

En leur apportant une maîtrise du geste graphique, une rééducation leur sera pleinement profitable en leur permettant d'avoir une écriture qui leur renvoie enfin une image satisfaisante d'eux-mêmes. Ils reprendront alors confiance en eux et pourront développer au mieux leur potentiel.

 

Encore plus que les autres, ces atypiques ont besoin de comprendre les enjeux de la rééducation et d'être impliqués dans l'intégralité du processus. Les séances de graphothérapie, étant individuelles, elle permettent de prendre en compte toutes les particularités de fonctionnement et de répondre au mieux à leurs besoins et à leurs questions.

Trouble du déficit de l'attention/Hyperactivité

Le Trouble du Déficit de l’Attention est un trouble neurologique qui existe sous deux formes :

  1. Le Trouble du Déficit de l’Attention sans Hyperactivité : le TDA ;

  2. Le Trouble du Déficit de l’Attention avec Hyperactivité : le TDAH.

Écrire n’est pas si facile pour tout le monde

​Les enfants et les adolescents porteur d'un TDA/H se comporte souvent de manière plus impulsive que les autres jeunes du même âge. L’écriture demandant des efforts d’attention, de concentration et de maîtrise du geste, on comprend aisément pourquoi le TDA/H implique des difficultés dans le geste d'écriture.

​​​​La Graphothérapie chez le TDA/H

La rééducation de l'écriture des enfants TDA/H, même si elle nécessite quelques adaptation en terme de contrôle de la posture et de durée des exercices, se déroule comme pour d'autres troubles d'apprentissage, et donne en général de bons résultats.

Les Gauchers

Constater que son enfant est gaucher peut être une source d'inquiétude pour les parents car, force est de constater que nous vivons dans un monde où tout est pensé pour des droitiers. De fait, les gauchers évoluent dans un monde peu adapté à leur latéralité prédominante. Pourtant, ceci est loin d'être une contrainte, car les gauchers ont ainsi su développer une capacité à s'adapter en permanence.

Pressions et Idées Reçues

  • OUI, on naît et on est gaucher... on ne le devient pas !

Donc le fait que les gauchers contrariés utilisent leur main droite, n'en font pas des droitiers pour autant.

 

  • Et NON, un gaucher n'écrit pas plus mal qu'un droitier !

En effet, un gaucher n'aura pas plus de risques qu'un droitier de connaître des difficultés dans l'apprentissage du geste graphique et de l'écriture.

 

  • OUI, les gauchers sont des sportifs hors pair !

C'est une questions de géographie cérébrale... L'hémisphère droit, qui commande la main gauche, et aussi celui qui gère l'habileté manuelle, la discrimination visuelle et l'évaluation des distances. Cela donne donc aux gauchers quelques millièmes de secondes d'avance dans leur temps de réaction !

Les Freins Graphiques des Gauchers

En écrivant de gauche à droite, le gaucher :

  • Ferme son bras sur son corps, rendant ainsi le déroulement cursif moins aisé.

  • Adopte une position parfois peu confortable de la main, du poignet qui freine ou rend peu lisible son écriture.

 

La graphothérapie aide l’enfant gaucher à trouver la position qui lui correspond le mieux et qui lui permettra de (re)trouver une aisance du geste graphique.

Astuce pour le Gaucher

  • Placer l'enfant à gauche d'un droitier, afin que leurs coudes ne se touchent pas.

  • Son support d'écriture doit être légèrement décalé vers la gauche (pour que le bras gauche reste ouvert à écriture), et incliné à 40°-45° vers la droite, de telle sorte que l'avant-bras gauche reste parallèle au support.

  • Veiller à ce que le dos de l'enfant soit droit. Ses épaules étant parallèles au bureau.

  • Lui fournir un matériel scolaire adapté.

Marina Failliot-Laloux

Praticienne en Psychopédagogie Positive

  • Facebook Les petits Pas d'Enthalpie
  • LinkedIn Les petits Pas d'Enthalpie
  • Insta Les Petits Pas d'Enthalpie

© 2019 par Marina Failliot-Laloux,

Praticienne en Psychopédagogie Positive

Tel: 06.51.32.98.49