La concentration et l’attention, ça n’a rien à voir... ou presque !

 

Il sous arrive souvent d’assimiler les termes de concentration et d’attention. Pourtant, même si ces deux notions sont liées, elle n’en reste pas moins bien différentes ; Surtout quand on prend la mesure du fait qu’il est impossible de demander à une personne d’être à la fois attentive et concentrée.

 

Revenons alors sur ces deux notions pour mieux les comprendre.

Qu’est-ce que l’attention ?

 

L’attention favorise l’ouverture de nos sens à la réalité externe ou interne. Elle est associée à la perception en assurant une réception maximale de toutes les informations. C’est un réflexe mais on peut la diriger, et elle s’accompagne d’une mobilisation des ressources de l’organisme.

 

Qu’est-ce que la concentration ?

 

La concentration ferme notre conscience à tout ce qui peut distraire notre esprit de la tâche. La concentration agit comme un isolant : elle bloque l’arrivée à la conscience de toute information qui pourrait nuire à la réflexion. Ainsi, la concentration favorise une utilisation maximale de la mémoire de travail.

 

Où la concentration et l’attention se rejoignent-elle ?

 

Il existe plusieurs type d’attention :

  1. L'attention partagée qui consiste en l'habileté à traiter simultanément plusieurs sources d'information. Par exemple, l'élève écoute l'enseignant et écrit ce qui est pertinent. On ne peut toutefois partager son attention entre deux stimuli nécessitant la même entrée sensorielle (par exemple, on peut écouter deux conversations en même temps, mais pas plus de façon efficace).

  2. L'attention sélective, ou dirigée, qui consiste en la capacité à sélectionner une source d'informations en occultant toutes les autres. Par exemple, l'élève écoute l'enseignant malgré le bruit d'un camion qui passe dans la rue. En se recentrant sur la personne, on peut commencer à parler de concentration.

  3. L'attention soutenue, on parle alors de vigilance ou de réelle concentration, qui concerne la capacité à maintenir son attention de façon continue et focalisée, afin de mener à bien une tâche.

La concentration permet une personne de se centrer dans la durée sur une tâche précise à accomplir jusqu’à ce qu’elle soit terminée. Cela nécessite de posséder des procédures permettant de bloquer, de contrôler la gestion de son activité.

 

Comment travailler la concentration et l’attention

 

 

Comment capter et maintenir l’attention ?

Plusieurs solutions existe pour capter l’attention, à commencer par la mise en condition de travail, notamment grâce à des exercices de relaxation, de respiration. Suivant l’âge ,cela peut également être avec des jeux de doigts, des comptines, ou des jeux d’écoute, des jeux de respiration...

Comme l’attention est l’ouverture vers l’extérieur pour une captation de l’information, on comprend dès lors qu’il est possible de capter l’attention en jouant sur la prosodie, l’intonation ou l’intensité de la voix, la variation des entrées du stimulus (auditives, visuelles, kinesthésiques…)

 

Pour maintenir l’attention, il faut se tourner vers les besoins de l’apprenant, par exemple, en variant le rythme de séances, le temps de parole de l’enseignant ; Bref, en créant plus de souplesse dans la gestion du temps et des activités.

 

Travailler la concentration

Pour travailler la concentration, il faut développer les procédures qui permettent de bloquer les distracteurs et de les écarter, notamment en apprenant à gérer ses émotions, premier des distracteurs.

Savoir contrôler la gestion de son activité et savoir se mettre en projet est très important également.

 

Les activités de graphisme, tels les mandalas, permettent, au-delà des compétences de graphisme et de spatialisation, de se recentrer.

 

A l’inverse, certains ont besoin de bouger pour se concentrer. Aussi, il faut accepter certains tortillements, balancements des jambes et autoriser, selon le contexte, différentes positions de travail , permettant à chacun de choisir sa place et position de travail en fonction de son projet. Pour ces personnes-là, des mouvements d’étirements, de gymnastique faciale, d’exercices de relaxation ou de Brain Gym peuvent-être utiles avant de se mettre à la tâche.

 

 

Pour en savoir plus sur l’approche globale de la psychopédagogie positive, Tête-Coeur-Corps, et comprendre concrètement les bénéfices de la gestion mentale, de la gestion des émotions, du sommeil, du sport et de la nutrition dans les apprentissages, n’hésitez pas à prendre contact avec moi :

https://www.lespetitspasdenthalpie.com/

 

https://www.facebook.com/lespetitspasdenthalpie/

 

Sources :

http://cms.ac-martinique.fr/circonscription/schoelcher/file/dispositifs/suivi_eleves/attention-concentration.pdf

http://www.ac-orleans-tours.fr/fileadmin/user_upload/ia18/images/maternelle/documents/formation/4_pages_Attention.pdf

Partager sur facebook
Partager sur Twitter
Partager sur LinkedIn
Partager sur Pinterest
Partager sur Google
Please reload

Posts récents

Please reload

Posts à l'affiche

Les 4 accords Toltèques appliqués aux enfants

August 8, 2019

1/6
Please reload

Marina Failliot-Laloux

Praticienne en Psychopédagogie Positive

  • Facebook Les petits Pas d'Enthalpie
  • LinkedIn Les petits Pas d'Enthalpie
  • Insta Les Petits Pas d'Enthalpie

© 2019 par Marina Failliot-Laloux,

Praticienne en Psychopédagogie Positive

Tel: 06.51.32.98.49