Quelle place pour la confiance à l'école ?

Quel lien entre confiance et pédagogie ?

 

La relation pédagogique entre le maître et l’élève a un impact direct vers son sentiment de réussite scolaire. Ceci implique donc qu’il est nécessaire de générer un rapport plus humain entre professeurs et élèves.

Dans son ouvrage "L'affectivité à l'école" (2003) destiné à changer la vision des rapports éducatifs, Gaëlle Espinosa écrit d'ailleurs que l’affectivité à l’école est un moyen important pour la réussite d’un élève.

 

Et si la clé de la réussite était tout simplement la relation de confiance entre l’élève et l’enseignant ?

 

La confiance en l'autre et la confiance en soi sont liées (voir mon article sur le sujet ici). Et tout part de la confiance que l’on a de soi-même. Il est prouvé qu’un enfant qui a confiance en lui sera plus épanoui et, ainsi, réussira mieux à entreprendre sa vie. Mais tout n'est pas qu'une question de confiance : L’estime de soi et de l’autre permet également la réussite. Ainsi, dans un système éducatif où la hiérarchie et l’autorité mettent des freins à toute proximité, il est indispensable d’instaurer ce lien de confiance.

 

 

L’échec scolaire se traduit notamment par un manque de confiance et par une baisse d’estime de soi. En effet, les élèves en difficultés scolaires ont un réel besoin de prouver à l’autre qu’ils sont en capacité de faire mieux, de se surpasser. Or, s’il n’existe aucun lien de confiance, l’élève en question se sent en retrait par rapport aux autres et n’arrivera pas à évoluer complètement.

 

Instaurer un sentiment de confiance en 4 points

 

1- Tout commence par des encouragements. En effet, encourager ses efforts va lui permettre de se sentir appuyé dans ses démarches et savoir qu’il est soutenu.

 

2- Ensuite, le féliciter. Récompenser les efforts fournis va provoquer chez lui un sentiment de fierté. Il aura conscience que ses efforts ne sont pas laissés pour compte, mais au contraire remarqués et appréciés.

 

3- Éviter la compétition. Il en va de soi qu’un enfant en manque de confiance a besoin d’être épaulé et non comparé à ses camarades. La compétition entre élèves ne fait qu’engendrer son besoin de considération.

 

4- Enfin, travailler avec lui sur sa timidité. Par exemple, en lui montrant qu'il est capable de s’investir, de prendre la parole, en prenant en compte son point de vue. Plus simplement, en le responsabilisant.

 

 

Pour conclure, je vous laisse visionner cette vidéo de Prince Ea, qui nous offre un inquisitoire poignant sur l'école... repenser l'école, repenser le monde... croire en soi, se faire confiance...

 

 

 

 

 

Si cet article vous a plu, n'hésitez pas à le partager !

 

 

________

 

Pour en savoir plus sur l’approche globale de la psychopédagogie positive, Tête-Coeur-Corps, et comprendre concrètement les bénéfices de la gestion mentale, de la gestion des émotions, du sommeil, du sport et de la nutrition dans les apprentissages, n’hésitez pas à prendre contact avec moi :

 

https://www.lespetitspasdenthalpie.com/

 

 

https://www.facebook.com/lespetitspasdenthalpie/

 

 

Source:

http://www.cahiers-pedagogiques.com

http://www.innovation-en-education.fr

Partager sur facebook
Partager sur Twitter
Partager sur LinkedIn
Partager sur Pinterest
Partager sur Google
Please reload

Posts récents

Please reload

Posts à l'affiche

Les 4 accords Toltèques appliqués aux enfants

August 8, 2019

1/6
Please reload

Marina Failliot-Laloux

Praticienne en Psychopédagogie Positive

  • Facebook Les petits Pas d'Enthalpie
  • LinkedIn Les petits Pas d'Enthalpie
  • Insta Les Petits Pas d'Enthalpie

© 2019 par Marina Failliot-Laloux,

Praticienne en Psychopédagogie Positive

Tel: 06.51.32.98.49