[VIDÉO] Dysphasie : la repérer et la comprendre

La Dysphasie est un trouble du langage, impactant sur les apprentissages, encore relativement méconnu.

 

Comprendre la dysphasie

 

"Dysphasie" vient du préfixe "dys" : "mauvais, erroné, difficile" et du radical "phasis" : "parole, langage". Donc étymologiquement, "Dysphasie" signifie "mauvais langage" ou encore "parole difficile".
 

C'est un trouble d'origine neurobiologie présent dès la petite enfance. Suivant les sources, la dysphasie toucherait entre 1% et 7% de la population (enfants comme adultes), avec une prédominance chez les garçons.

 

Pour poser le diagnostique, il faut exclure toutes les autres pathologie qui pourraient être à l'origine d'un retard de langage. En effet, les enfants dysphasiques ne manifestent pas de problèmes physiques (malformation des organes phonatoires, lésion cérébrale ou mauvaise audition), de manque d'intelligence, de déficit sensoriel, de troubles du comportement ou de carence affective.

 

Donc la Dysphasie n’est pas un simple retard de langage ; C’est une pathologie sévère et durable qui touche deux grands domaines du langage oral : l’expression et la compréhension.

 

Comment repérer la dysphasie ?

 

 

Chez l'enfant de moins de 2 ans

Le très jeune enfant dysphasique est souvent silencieux. Il a du mal à mémoriser de nouveaux mots, donc son vocabulaire est très pauvre ; il peut ainsi manifester une difficulté à comprendre ce que les autres disent.

Lorsqu'il parle, ses phrases sont télégraphiques, ne dépassant pas deux mots et se limitant souvent à l’essentiel ("manger pain", par exemple). Ses mots sont parfois inintelligibles.
Pour compenser, il peut s’exprimer par des gestes que son entourage proche a appris à décoder. Malheureusement, cela est plus difficile pour des personnes qui lui sont moins familières.

 

 

Chez l'enfant de plus de 3 ans

Son langage verbal est de plus en plus incompréhensible, souvent déchiffrable par entourage proche uniquement.

Il parle toujours très peu avec des phrases télégraphiques trois mots maximum, comme "moi manger pain". Il recherche constamment ses mots, ce qui est épuisant pour lui. Lorsqu’on lui pose des questions, il se contente donc de réponses brèves et monosyllabiques.

Lui, ne pose très peu de question, voire jamais, contrairement aux stades de développement des enfants de son âge.

L'enfant semble pourtant intelligent et ne manifeste aucune difficulté dans les activités ne nécessitant pas la parole.

 

La prise en charge de la Dysphasie

 

Si l'enfant présente certains signes pouvant faire supposer une dysphasie, le médecin généraliste ou le pédiatre pourra l'orientera vers un orthophoniste, pour aider l’enfant dans sa communication et aussi pour accompagner les parents qui s’interrogent sur le type de dysphasie, l’évolution du langage, la scolarité...

 

Avant 4 ans une consultation ne sera pas très concluante, même si l'enfant pourra être considéré comme un sujet présentant des risques. L'orthophoniste peut cependant guidés et conseillés les parents afin de favoriser le développement du langage de leur enfant.

 

 

Après 4 ans, l'orthophoniste effectue un bilan du développement langagier, afin de déterminer ainsi la nature des difficultés de l'enfant. En cas de Dysphasie avérée, une rééducation orthophonique intensive est indispensable (au moins trois séances par semaine). Les  progrès sont en général assez lents et la rééducation très longue avec participation indispensable des parents à la maison.

L'enfant et les parents peuvent également être orientés vers d’autres professionnels (psychologue, pédopsychiatre, psychomotricien, ergothérapeute, psychopédagogue…) en fonction d’éventuels troubles associés.

 

 

 

 

Comment gérer la Dysphasie au quotidien ?

 

Pour aider votre enfant au quotidien, il est important de l'aider à développer toutes ses compétences :

- En vous servant du geste, grâce à des activités artistiques, telles que le dessin mais également par l'expression corporelle, les jeux de rôle, etc. ;

- En l'aidant à préciser ses pensées en reformulant à sa place, en leur donnant le vocabulaire qui leur manque ou en fournir la première syllabe du mot qui lui manque ;

- Grâce à des exercices destinés à le faire progresser en orientation spatiale (les parcours) et dans ses notions de temps (chronologie : d'abord... puis... ensuite...) ;

- En s’assurant toujours d'un contact visuel et/ou physique, en posant une main sur son épaule, en se mettant à sa hauteur, en soutenant son regard… ;

- En préférant des phrases courtes et simples ;

- En parlant lentement et en exagérant légèrement l’articulation ;

- En ne donnant qu’une consigne à la fois et en utilisant préférentiellement des pictogrammes plutôt que les mots ;

- Et bien sûr, n'oubliez pas de valoriser de la réussite, mais avant tout l'effort, de votre enfant par des encouragements plus que par des compliments.

 

Il est important également que votre enfant apprenne à respecter son tour de parole (grâce à un bâton de parole, par exemple). Mais ceci est très compliqué pour car il lui faut parfois de longues minutes pour élaborer mentalement une réponse. Souvent débordé par ses émotions, il a tendance à vouloir intervenir dès que sa phrase est prête. Il faut donc rester bienveillant.

 

Comment gérer la Dysphasie à l'école ?

 

Le langage est l'outil privilégié de la transmission du savoir à l'école, en cela les troubles liés à la dysphasie perturbent les apprentissages scolaires. L’enfant peut donc être aidé par une Auxiliaire de Vie Scolaire (AVS). Bien entendu, l’implication du milieu enseignant et les échanges avec les parents, sont essentiels.

 

Pour favoriser les apprentissages des enfants Dysphasique en classe, l'enseignant doit lui laisser le temps de comprendre. Pour cela, il peut :

- Se placer toujours face à l'enfant et utiliser un contact physique et visuel pour capter l'attention ;

- Parler plus lentement en articulant chaque mot ;

- Reformuler, si nécessaire ;

- Décomposer les énoncés ou les consignes complexes en phrase simple. Ne délivrer qu'une information à la fois ;

- Ne pas hésiter à utiliser les gestes, les illustrations ou/et des schémas, surtout pour les notions abstraites ou spatio-temporelles. Proposer des activités d'apprentissage ludiques ;

- Malheureusement, il faut éviter l'humour et les métaphores ;

 

Dans l'idéal, il faudrait pouvoir mettre en place des codes de couleur ou des repères permettant à l'enfant de mieux comprendre et de développer ses capacités.

 

Que deviennent les enfants atteints de Dysphasie ?

 

Comme nous venons de le voir, la Dysphasie va gêner l'enfant dans sa progression scolaire et, à plus long terme, si elle n'est pas suivie, elle peut entraîner des difficultés d'intégration professionnelle et sociale.

Les parcours scolaires de ceux qui présentent ce trouble de l'apprentissage peut s'avérer chaotiques et ponctués de ruptures. Ils peuvent avoir été intégrés à l’école ordinaire ou avoir fait l’objet d’orientation en milieu spécialisé, selon les cas. Triste constat : à la fin du cursus scolaire, leur niveau de qualification est généralement faible et beaucoup quitte l’école sans avoir obtenu aucun diplôme de l’enseignement général.

 

L’ampleur de leurs difficultés varie énormément selon les personnes. Elles organisent un langage qui peut suffire dans la vie quotidienne mais le plus souvent évoluent sans parler parfaitement. Des difficultés dans les relations sociales peuvent apparaître également du fait du trouble du langage : timidité excessive, tempérament coléreux... Quel que soit l'ampleur du trouble du langage, sa prise en charge précoce, sur la durée et dès l'enfance, permet d'améliorer considérablement le niveau de compétence des jeunes adultes.

 

 

 

Mes conseils et astuces :

Tous les enfants ne développent pas leur langage de la même manière ni en même temps. Mais si vous trouvez que le langage de votre enfant est très déformé ou qu’il a d’importantes difficultés pour comprendre ce que vous dites au quotidien, consultez un spécialiste.
Vous pouvez également consulter le site www.dysphasie.org.

 

 

 

 

Si cet article vous a plu, n'hésitez pas à le partager !

 

 

________

Pour en savoir plus sur mon approche en Psychopédagogie Positive et en Discipline Positive, n’hésitez pas à prendre contact avec moi :

 

 

 

 

https://www.lespetitspasdenthalpie.com/

 

 

 

 

 

 

https://www.facebook.com/lespetitspasdenthalpie/

 

 

 

Partager sur facebook
Partager sur Twitter
Partager sur LinkedIn
Partager sur Pinterest
Partager sur Google
Please reload

Posts récents

Please reload

Posts à l'affiche

Les 4 accords Toltèques appliqués aux enfants

August 8, 2019

1/6
Please reload

Marina Failliot-Laloux

Praticienne en Psychopédagogie Positive

  • Facebook Les petits Pas d'Enthalpie
  • LinkedIn Les petits Pas d'Enthalpie
  • Insta Les Petits Pas d'Enthalpie

© 2019 par Marina Failliot-Laloux,

Praticienne en Psychopédagogie Positive

Tel: 06.51.32.98.49