Rechercher
  • Marina Laloux-Failliot

Pourquoi sortir de sa zone de confort ?



Un petit mot avant de commencer : ça fait bien longtemps que je n'ai pas rédigé de nouveaux articles sur ce Blog, et je m'en excuse. L'année dernière a été très fournie en professionnellement, et ça c'est très cool, mais le revers de la médaille est que cela ne m'a laissé que peu de temps pour ma famille, alors encore moins pour les réseaux sociaux et la rédaction de nouveaux articles.


Me revoilà donc pour vous parler aujourd'hui de la Zone de Confort ! Nombreux parmi vous en ont déjà étendu parler mais plus rare, certainement, sont ceux qui ont déjà réussi à s'en extraire... 1 fois, 2 fois, 3 fois... voire bien plus !


Car "Oui", sortir de sa zone de confort n'est pas une chose que l'on fait qu'une fois dans sa vie. Déjà, on l'a tous fait peut-être sans vraiment s'en rendre compte ou un peu contraint par les aléas de la vie. Car pour apprendre on a tous besoin de sortir de sa zone de confort : apprendre à marcher ou à faire du vélo, apprendre un cours ou un métier...


Mais là où cela devient plus délicat, c'est quand on décide consciemment de sortir de cette zone de confort.




Pourquoi cet article, maintenant ?


En septembre, j'ai nouvellement emménagé avec toute ma famille au Mans. Ce faisant, j'ai dû dis au revoir à mon confort professionnel en laissant derrière moi une grosse clientèle, confortablement acquise, dans une zone géographique à forte demande et le tout appuyé par une très bonne réputation !


Cette décision de quitter la région parisienne, je ne l'ai pas subi du tout, j'en étais même la première demandeuse. Cela peut sembler inconscient (et cela l'est certainement un peu) mais cela m'a surtout sembler indispensable à cet instant de ma vie où je me voyais rentrer dans une routine ennuyeuse. Je suis arrivée à un moment où j'avais vraiment besoin de motivation pour avancer plus loin encore, pour me renouveler.

J'ai trouvé tout cela dans le challenge que représentait ce nouveau départ : partir de zéro, tout reconstruire mais sans refaire les même erreurs que la première fois, en me basant aussi sur mes réussites précédentes, et enfin en osant faire ce que je n'osais pas avant !


Après un mois au Mans, je suis ravie ! La ville est très accueillante, tout comme ses habitants, d'une rare gentillesse. Mon cabinet est désormais quasiment terminé : cadres, stylos, jeux... tout a trouvé sa place sur les étagères et dans les meubles fraichement installés (à 2 ou 3 petits détails près). Me voilà donc prête à commencer de nouveaux accompagnements. Mais voilà, ils ne se bousculent pas à ma porte... rien de grave, j'avais pleinement conscience de ce à quoi je devais m'attendre les premiers mois de mon installation.


Mais la situation nécessite une petite introspection :

- Suis-je en capacité d'attendre que le client se présente naturellement à ma porte ? Non.

- En quoi la Marina d'aujourd'hui est-elle différente de celles d'il y a 7 ans ? J'ai gagné en confiance et malgré un syndrome de l'imposteur encore bien présent, je me sens beaucoup plus légitime.

- Y a-t-il des choses que je n'ai pas osé faire au moment de ma première installation et que j'ai (un peu) regretté ? Oui, et elles me reviennent une à une...


Fort de toutes ces réponses, je devais tenter ces nouvelles choses pour avancer plus rapidement et plus efficacement ! Des choses sûrement anodines pour certains, mais qui me demandent beaucoup de courage et de ressources intérieures pour trouver la force de passer à l'action ! Et ce point est la base quand l'on parle de sa zone de confort. Car il s'agit bien d'une zone propre à chacun. On ne peut pas la partager. Elle est définit par nous, notre être, nos croyances, nos capacités...


Pour moi, donc, tout a commencé pas plus tard qu'hier, avec quelques mails envoyés, telles des bouteilles à la mer, sans trop y croire dans le fond. Mais comme souvent, les retombées sont arrivées en moins de 24 h !!! Mais pour y arriver, j'ai dû sortir de ma zone de confort et je devrai encore le faire pour mener ces actions jusqu'au bout. Bien sûr j'ai peur, mais je suis aussi tellement fière de moi, et excitée, que j'en oublie presque le stress et la peur. En un mot, je suis sortie de ma zone de confort, et je me sens meilleure !


Comme à chaque fois que je décide consciemment de sortir de ma zone de confort, je suis toujours accompagnée par une petite voix intérieure. Cette voix est celle de la petite fille que j'étais et qui faisait certaines choses en douce, sans rien dire à personne, en pensant que c'était bien trop présomptueux de sa part de s'en imaginer capable ou légitime. Une petite fille persuadée que les autres se moquerai d'elle si elle en parlait, ou pire, qu'elle pourrait échouer. Je suis sûre que cette voix vous parle aussi ! Tout comme cette peur de l'échec, bien bloquante également pour ceux qui veulent sortir de leur zone de confort !


Du coup, qu'est-ce que la Zone de confort ?


La zone de confort est un état psychologique dans lequel on est à l’aise, confortable et sécure car dans un milieu connu et que l’on sait gérer avec nos compétences actuelles. La zone de confort regroupe donc l’ensemble toutes nos habitudes, nos croyances (sur les autres comme sur soi-même), nos connaissances et savoir-faire préalablement acquis.


Naviguer dans sa zone de confort est donc nécessaire pour permettre de consolider nos acquis et nos compétences, en développant, par la même, notre assurance en nos capacités et donc notre confiance en soi.


C'est ce que j'ai fait durant plusieurs années d'exercice en région parisienne. J'ai consolidé ma pratique, avec de temps en temps quelques nouvelles formations, mais pas vraiment de grosse prise de risque. J'ai acquis de l'expérience et de la confiance en soi.


Alors pourquoi sortir de sa Zone de confort ?


Si la zone de confort est l’état psychologique où l’on est à l’aise, c’est parce qu’elle est le fruit de plusieurs apprentissages antérieurs. Naviguer dans sa zone de confort permet ainsi de se tenir à l’écart le stress et la peur, et est aussi utile pour progresser, mais dans nos domaines de compétence. Car c’est la zone de l’efficacité maximum, avec un sentiment de contrôle, de gestion, de maîtrise. C’est un univers familier, « normal » où l’on se sent en sécurité avec un niveau de stress faible… Alors pourquoi vouloir/devoir en sortir ?




Sortir de sa zone de confort est souvent perçu comme quelque chose d’anxiogène et risqué. Or cette attitude se révèle particulièrement bénéfique pour l’épanouissement personnel et professionnel. Il est parfois nécessaire de sortir de notre zone de confort pour s’enrichir de nouvelles compétences et faire face aux évolutions de son environnement. Pour moi, cet évènement déclencheur est donc mon déménagement.


Sortir de sa zone de confort permet de stimuler son audace, sa capacité à prendre des risques. L’audace permet d’aller au-delà de ses peurs, d’affronter des situations inconnues. Les peurs deviennent des challenges, les situations nouvelles des opportunités. Grâce à l'audace, on redevient pleinement acteur de sa vie.


Source : Margaux Lifestyle


Sortir de sa zone de confort permet aussi de retrouver l’excitation liée à la découverte et l’apprentissage des autres et de soi-même. Cela stimule la curiosité et évite l’ennui et la monotonie. En retrouvant l’envie d’apprendre, d’explorer, de vivre de nouvelles expériences, cela contribue à son bien-être.


En conclusion


Sortir de sa zone de confort n'est pas quelque chose de facile. Et personne d'autre que soi-même peut prendre cette décision en fonction des situations de vie, ou plutôt des opportunités qui se présentent.

Mais pour y arriver, il faut avoir conscience que la prise de risque qui entraine stress et peur aboutira au sentiment de gagner en confiance, de se trouver grandit, plus compétent, meilleur et surtout cela permet de découvrir ses talents cachés... et ça... et bien ça fait un bien de dingue !

Source : etre-optimiste.fr


Je terminerai par vous proposer cette vidéo qui m'accompagne souvent, que j'adore, et qui explique très bien la notion de zone de confort et de ce qui gravite un peu autour :



 

Bon courage à tous, et n'oubliez pas que quoi qu'il arrive, il n'existe pas de parents parfaits... juste des parents qui font au mieux !

 

________

Si cet article vous a plu, n'hésitez pas à le partager !

106 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Le Blog de la
Graphothérapeute Psychopédagogue

LPPE V2.png

Le Mans